Bilan des journées de réflexion sur l’éducation au numérique

Les journées des 3 et 4 avril qui se sont déroulées dans le cadre de la 2ème édition du colloque Connaissances et Information en Action “De la perception des risques à l’action en contexte numérique” à l’ESPE d’Aquitaine ont conduit les participants à réfléchir sur les risques perçus au quotidien par les adultes et les jeunes en contexte numérique et leur réalité sociale sur le terrain, à l’école et en dehors. Les échanges ont permis de proposer des pistes d’action pour agir dans l’éducation et au quotidien avec le numérique. Nous revenons ici sur quelques apports de ce colloque pour l’éducation au numérique.

Mises en scène et en visibilité des adolescents via les réseaux

Conférence de Jocelyn Lachance

Dans sa conférence « Adolescence et numérique : de quels risques parlons-nous ? », Jocelyn Lachance rappelle que les prises de risques ont toujours fait partie des rites de passage à l’adolescence. Certains prennent volontairement des risques dans leur quotidien, et utilisent désormais le numérique pour documenter ces prises de risques et ainsi pouvoir les soumettre au jugement des autres par le biais des réseaux socio-numériques. La prise de risques n’est donc pas liée à l’outil numérique mais bien à la place de l’adolescent dans une relation sociale qu’il cherche à éprouver pour s’affirmer. Dans certains cas, les outils et réseaux socio-numériques sont aussi pour les jeunes des moyens utilisés pour se mettre à l’épreuve, entre eux. Résister à la tentation de prendre une photo ou une vidéo, de la diffuser ou de la rediffuser, constitue alors la preuve du respect de l’autre dans la relation d’amitié. Pour le socio-anthropologue, il est vain de vouloir enseigner des bonnes pratiques avec le numérique. Ce dernier suggère plutôt de guider les jeunes pour les aider à trouver la bonne distance dans leurs pratiques sur les réseaux socio-numériques.

Prédominance de l’opinion sur les faits dans les croyances

 
Conférence d’Arnaud Mercier

Dans sa conférence visant à aborder les moyens de lutter contre les fake news, Arnaud Mercier soutient que le fact checking ne suffit pas. Il rappelle que les manières de s’informer sur les médias en ligne rendent beaucoup plus complexe la possibilité d’identifier les sources au fil de sa navigation, ce qui facilite la croyance de mensonges. Le phénomène de “post-truth” qu’il traduit par “post-factuel”, rend compte du fait que chacun accorde désormais plus d’importance à l’opinion qu’aux faits (notamment par le biais de confirmation). Pour ce chercheur spécialiste des médias, il est nécessaire que tout citoyen soit en mesure de comprendre sa place et sa responsabilité en tant que relais d’information sur le web. L’éducation aux médias et à l’information qui a pour but de sensibiliser les élèves à cet enjeu de société doit notamment permettre de comprendre comment fonctionnent les algorithmes qui orientent le partage de l’information et comment travaillent les journalistes, professionnels de l’information, à la différence de tous ceux qui peuvent s’exprimer en dehors de ce statut sur le web. Enfin, face à l’influence des théories du complot auprès des usagers des plateformes, Arnaud Mercier suggère d’utiliser les armes de l’adversaire : s’armer des savoir-faire et des moyens qu’emploient les complotistes pour contrer les mensonges et rétablir la vérité des faits. Il propose aussi de valoriser le travail des youtubeurs militants qui contribuent activement à cette lutte.

Education aux médias et au numérique à l’école

D’autres contributions ont permis de rendre compte de la place des risques numériques dans les textes officiels, qui se concentre essentiellement autour de l’éducation aux médias et à l’information (Julie Pascau), et des contradictions chez les enseignants qui forment les élèves aux usages des réseaux socio-numériques, sans prendre en compte ni les risques ni les lois qui y sont associés (Adeline Entraygues). Du côté des élèves, on voit d’ailleurs que la plupart connaît la notion de fake news, mais ils ont souvent des difficultés à en comprendre les motivations et à percevoir les risques associés (Gilles Sahut et Sylvie Francisco).

Communication d’Anne Cordier

A partir d’une étude menée auprès des enseignants, Anne Cordier en vient à interroger la place du plaisir chez ces derniers, écrasés par des injonctions ministérielles dont ils peinent à percevoir le sens concernant l’éducation avec le numérique à l’école. Elle rappelle l’importance de redonner du sens dans la formation des enseignants à l’éducation par et au numérique et de véritablement la dispenser dans les ESPE.

Maîtrise de l’attention à l’ère du numérique

Dans un atelier qui avait pour but d’identifier des pistes d’action pour renforcer les capacités d’attention à l’ère du numérique, les participants ont identifié trois formes d’attention  :

  • celle qui permet de se concentrer sur une tâche ou une information ;
  • celle qui permet de rester en alerte sur son environnement ; 
  • celle qui vise à atteindre un objectif dans le cadre d’un projet et qui participe d’une intention.

Les participants ont notamment retenu l’importance d’apprendre à maîtriser ses temps de connexion ; à être attentif et ouvert sur son environnement pour accueillir des découvertes et la créativité (sérendipité) ; ou encore de s’adapter aux temps d’attention des élèves en s’intéressant à ce qui les attire pour les (re)diriger vers des apprentissages…

Une restitution graphique des échanges a également été réalisée :

Compte rendu graphique de la réflexion sur l’attention

Sensibilisation aux usages et impacts des données numériques

Atelier de réflexion autour des données numériques
 
Un autre atelier a permis d’aborder les risques éthiques, juridiques et techniques liés aux usages des données dans le monde du “big data”. Parmi les pistes évoquées, les participants ont trouvé important de ne pas refuser les usages de réseaux socio-numériques à l’école parce qu’ils sont indispensables pour éduquer les élèves, mais en veillant à ce que leurs données personnelles ne soient jamais diffusées au cours des activités proposées (en créant des comptes fictifs par exemple, et sans jamais utiliser ni montrer les comptes personnels des élèves ou des enseignants). Ils suggèrent aussi de chercher des alternatives aux logiciels propriétaires pour privilégier les logiciels libres (Framapad plutôt que Google doc par exemple). Enfin, l’atelier a permis de sensibiliser les participants à l’usage de produits et services numériques dans une perspective de développement durable.
 

Aider les jeunes à s’informer sur internet

Un troisième atelier a permis d’aborder les problématiques liées à la manière dont les jeunes s’informent sur internet et aux enjeux socioéconomiques que cela pose. (Quelques pistes d’actions à venir…)
 
Atelier de réflexion sur les enjeux informationnels, socioéconomiques et politiques
 
La thématique des risques et de l’éducation au numérique a permis de rassembler des acteurs d’horizons divers qui font face à des problématiques communes. Parmi les participants étaient présents des chercheurs, des doctorants, des professeurs des premier et second degré, des étudiants, professeurs et CPE stagiaires, des formateurs académiques, des formateurs ESPE, des chefs d’établissement, et des professionnels de milieux associatifs et privés. Les échanges entre participants qui ne partageaient pas nécessairement une culture commune, selon leur profession et leur discipline d’origine, ont été riches et dynamiques.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.