Responsabilités des enseignants et rapports à l’éducation numérique

Depuis la rentrée 2013, les enseignants ont pour obligation d’acquérir pour compétence commune celle d’« intégrer les éléments de la culture numérique nécessaires à l’exercice de (leur) métier ». Cette compétence se décline dans le référentiel de formation des enseignants (BO n°30, du 25 juillet 2013) comme relevant à la fois d’une éducation :

  • avec le numérique, en faisant usage d’outils numériques adaptés pour « permettre l’individualisation des apprentissages » et pour « développer les apprentissages collaboratifs » ;
  • au numérique, en « aidant les élèves à s’approprier les outils et les usages numériques de manière critique et créative » ;
  • sur ou au sujet du numérique, en « participant à l’éducation des élèves à un usage responsable d’internet » ;
  • par le numérique, en « utilisant efficacement les technologies pour échanger et se former ».

De fait, les enseignants qui débutent dans la profession ont une représentation singulière et en construction de leur métier. Ils construisent leur identité professionnelle au regard des attentes institutionnelles, de leur formation ainsi que de leur personnalité, de leur sensibilité et de leur appartenance sociale. Concernant le numérique, ces jeunes enseignants sont soumis à une dialectique forte : « d’un côté, ils doivent mettre en garde leurs élèves quant au risque d’addiction numérique et en même temps, par injonction institutionnelle, ils doivent les initier à ces technologies » (Dioni, 2008 : 5). Dans ce contexte et dans le cadre du projet eRISK nous nous sommes interrogés sur les types de risques, très présents notamment dans les médias, susceptibles d’influencer leur rapport au numérique dans le cadre pédagogique.

Une typologie des risques numériques

Le développement des usages et des potentialités numériques a fait émerger une diversité de risques dans les représentations sociales. Or, les représentations des risques ont une influence sur les comportements sociaux (Beck, 2001). Nous avons pu dresser une typologie composée de huit types de risques numériques couvrant pour chacun un ensemble de situations menaçantes, dénoncées ou critiquées, en rapport avec les usages numériques dans différents contextes :

  • Risques techniques : virus, piratage (Douzé et Héon, 2013), arnaques…
  • Risques socio-économiques : fractures liées aux inégalités d’accès ou de compétences (Plantard, 2011)
  • Risques cognitifs : perturbation des capacités d’attention (Hayles, 2016), appauvrissement des pratiques de lecture ou de la pensée (Amadieu et Tricot, 2014)
  • Risques psycho-sociaux : exposition à des contenus choquants, addiction (Stiegler et Tisseron, 2010, Jehel, 2015), harcèlement en ligne (Blaya, 2013)
  • Risques informationnels : manipulations possibles des lecteurs dans leurs usages de l’information publiée sur le web à travers les « théories du complot » (Bronner, 2013), enfermement dans des « bulles de filtres » (Pariser, 2011), « fake news » et tous les enjeux de l’évaluation de l’information (Serres, 2012)
  • Risques éthiques : identité numérique, gestion des traces (Merzeau, 2013), protection des données personnelles et respect de la personne dans sa vie privée (Cardon, 2015, Rouvroy, 2014)
  • Risques juridiques : violations des droits (d’auteur, à l’image…), cybercriminalité
  • Risques liés à la santé : problèmes liés aux postures ou à l’exposition aux ondes.

Cette typologie montre la diversité des risques pointés dans les usages numériques et le vaste champ des discours auxquels les enseignants peuvent être confrontés dans les médias et dans leurs recherches d’informations. Dans quelle mesure les enseignants se sentent-ils concernés par ces risques pour eux-mêmes ainsi que pour les élèves et comment envisagent-ils d’éduquer les élèves au numérique ? Quel lien peut-on faire entre les pratiques d’éducation au numérique et le rapport des enseignants à l’information sur le numérique, entre construction de savoirs, prise de conscience, ignorance et déni ? Peut-on considérer les représentations des risques numériques des jeunes enseignants comme une ressource – levier ou obstacle, selon les cas – pour la formation des élèves ? Les enseignants sont-ils suffisamment formés, informés pour éduquer les élèves au numérique ? C’est à ces questions que notre projet de recherche tente d’apporter des éléments de réponses.

Bibliographie

ANSES, « Exposition aux radiofréquences et santé des enfants », Avis de l’Anses Rapport d’expertise collective, juin 2016, URL : https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2012SA0091Ra.pdf

AMADIEU Franc et TRICOT André, Apprendre avec le numérique : mythes et réalités, Paris : Retz, 2014.

BIHOUIX Philippe et MAUVILLY Karine. Le Désastre de l’école numérique. Le Seuil, 2016.

BLAYA Catherine, Les ados dans le cyberespace : prises de risque et cyberviolence. Bruxelles : De Boeck Supérieur, 2013.

BRONNER Gérald, La démocratie des crédules. Paris : Presses Universitaires de France, 2013.

CARDON Dominique, A quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure: Nos vies à l’heure des big data. Paris : Seuil, 2015.

CARR Nicholas, Internet rend-il bête ?. Paris : Robert Laffont, 2011.

CHARLOT Bernard. Du rapport au savoir : éléments pour une théorie. Paris : Anthropos, 1997.

COLLIN Simon, GUICHON Nicolas, NTEBUTSE Jean-Gabin, « Une approche sociocritique des usages numériques en éducation », Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation et la Formation, ATIEF, Revue STICEF, 2015, 22. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01218240/document

CORDIER Anne, Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information, Caen : C & F Éditions, 2015.

DIONI Christine, « Métier d’élève, métier d’enseignant à l’ère numérique ». INRP, 2008, URL : http://edutice.archivesouvertes.fr/edutice-00259563/fr/

DOUZET Frédérick, HEON Sébastien, « L’analyse du risque cyber, emblématique d’un dialogue nécessaire », Sécurité et stratégie, 2013/3 (14), 44-52. URL : https://www.cairn.info/revue-securite-et-strategie-2013-3-page-44.htm

HAYLES N. Katherine, Lire et penser en milieux numériques. Attention, récits, technogénèse, Grenoble : UGA, 2016. URL : http://books.openedition.org/ugaeditions/379

JEHEL Sophie, « Les pratiques des jeunes sous la pression des industries du numérique », Le Journal des psychologues, 2015, 331, (9), 28-33.

LARDELLIER Pascal et MOATTI Daniel, Les ados pris dans la Toile. Des cyberaddictions aux techno-dépendances. Paris : Éditions Le Manuscrit, Coll. « Addictions : Plaisir, Passion, Possession », 2014.

MERZEAU Louise, « Traces numériques et recrutement : du symptôme au cheminement ». CNRS éditions. Dans Béatrice Galinon-Mélénec et Sami Zlitni (dir.), Traces numériques : de la production à l’interprétation, Paris : CNRS éditions, 2013, 35-53.

PARISER Eli, The filter bubble: What the Internet is hiding from you. UK : Penguin, 2011.

PLANTARD Pascal, L’imaginaire numérique dans l’éducation. Paris : Manucius, 2015.

PLANTARD Pascal, Pour en finir avec la fracture numérique. Paris : Fyp éditions, 2011.

POYET Françoise, « La culture numérique des jeunes professeurs des écoles peut-elle permettre de réduire l’écart entre natifs et immigrants du numérique ? », Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 2014, 11(3), 6-21. URL: http://www.ritpu.org:81/img/pdf/RITPU_v11_n03_6.pdf

PRENSKY Marc, « Digital natives, digital immigrants part 1. », On the horizon, 2001, 9(5), 1-6.

ROUVROY Antoinette, « Des données sans personne : le fétichisme de la donnée à caractère personnel à l’épreuve de l’idéologie des Big Data. », Contribution en marge de l’Étude annuelle du Conseil d’État. Le numérique et les droits et libertés fondamentaux, 2014.

SERRES Alexandre, Dans le labyrinthe. Évaluer l’information sur internet. Caen : C & F Editions, 2012.

STIEGLER Bernard et TISSERON Serge, Faut-il interdire les écrans aux enfants ?, Paris : Mordicus, 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.