Entre norme scolaire et norme sociale : les contradictions du numérique à l’école

Le projet de recherche eRISK sur la perception des risques numériques par les enseignants nouvellement entrés dans le métier est l’occasion d’investir leurs pratiques informationnelles et pédagogiques avec le numérique au prisme de la question de la norme. Cet article, extrait d’une intervention au colloque COSSI 2018 à Bordeaux, reflète une analyse des entretiens menés avec les enseignants dans la cadre du projet. Dans l’institution scolaire, la norme structure le système mais l’interroge aussi, et les postures des individus face à cette norme varient, de l’appropriation au contournement.

IDENTIFIER la norme adéquate

La question de la normativité occupe le devant de la scène des préoccupations des enseignants qui sont soumis à une injonction institutionnelle d’utiliser des outils numériques et de former les élèves à la culture numérique sans avoir le sentiment de disposer des compétences suffisantes pour identifier précisément ce qui devrait relever de la norme et de leur déontologie, de la norme scolaire et de la norme sociale. Ce qui interpelle précisément de nombreux enseignants dans cette tentative de saisir et de maîtriser la norme adéquate, c’est la porosité des mondes imposée par le numérique. Entre pratiques professionnelles qui doivent respecter le cadre normatif très contraignant de l’école et pratiques privées des élèves et d’eux-mêmes, le numérique instille des zones de flou ou de frottement et fait émerger des contradictions. Certains des interviewés utilisent un grand nombre d’expressions relevant du registre du normatif (je dois, il faut). La norme désigne ce que le système impose, et elle est extérieure et d’autant plus contraignante qu’elle contredit souvent les valeurs personnelles. Ces remarques dans le cadre du projet confirment celles que nous avions faites dans le cadre de l’ANR Translit pour les élèves.

La première difficulté relève de l’identification de la norme d’équipement et de comportement. « Le numérique » est d’abord défini par les enseignants comme un ensemble d’outils, de technologies aux promesses annoncées mais pas toujours tenues. Ainsi, pour une professeure des écoles de Rouen, « ce qui m’a interpellée, c’est que la théorie est super et que la pratique est assez compliquée, parce que on n’a pas les moyens sur place de mettre en place ce qu’on aimerait pouvoir faire en fait. ».

Entre cette norme qui s’impose et la réalité du terrain que ces enseignants découvrent, le fossé est parfois important. Pourtant, pour tous, le numérique à l’école relève de la norme, et au-delà, de l’injonction institutionnelle, une obligation, une contrainte, en décalage par rapport aux pratiques réelles des enseignants du point de vue pédagogique, et des élèves du point de vue de leurs pratiques de loisirs et de communication. L’identification de la norme éducative est donc très floue, les enseignants sont perdus entre des référentiels de compétences qui exigent d’eux qu’ils développent la culture numérique de leurs élèves, et une perception très nébuleuse de ce que représente cette culture numérique.

FAIRE avec une norme décalée

Les enseignants mentionnent tous les injonctions institutionnelles comme les incitant  à utiliser le numérique mais disent également que ces utilisations «obligatoires » sont décalées, inutiles, ne correspondent pas aux besoins des élèves et à la réalité de terrain. Ils ont le sentiment de perdre leur temps avec les injonctions normatives. Pour une enseignante d’anglais « ce n’est pas seulement l’aspect technique qui ralentit tout mais aussi l’aspect procédural  et presque institutionnel en fait. On nous demande de fonctionner d’une manière très précise qui ne correspond pas forcément  la réalité de terrain et aux besoins des élèves tout simplement. Et aux besoins des professeurs aussi d’ailleurs ». « Il y a une lourdeur numérique procédurale ». Pour une enseignante de lettres , «  Il y a beaucoup, beaucoup d’artifices je trouve, il y a une démarche très artificielle, euh… c’est excessif la façon dont on veut… dont on cherche à nous l’imposer, à vouloir le mettre je trouve au cœur de nos pratiques. ». Elle exprime un sentiment de contradiction entre une demande politique et sociale forte d’usage du numérique et des mésusages scolaires. Pour une jeune professeur des écoles « ah mon Dieu c’est une épreuve pour moi ! » de dire, je dois… je dois bien faire attention que ce que je fais ce soit dans le programme. Bon après, on peut toujours dévier évidemment, mais j’ai pigé que le jour où on est inspecté, faut vraiment pouvoir justifier ce qu’on fait et dire que oui oui, ça correspond bien à ce qu’on attend de nous. (…) C’est que il faut arriver dans un système, avec les moyens qu’on nous donne, (…) on n’a pas forcément les moyens. Et une fois que je me sens prête, eh bah pouf je rechange ! Et ça, c’est quelque chose de frustrant je pense. »

CONCILIER norme scolaire et sociale

Et pour beaucoup, le numérique est vécu comme une pratique intime qui renvoie à la vie personnelle et familiale, une pratique « naturelle », inévitable, de la vie (professeur de SVT), avec laquelle « chacun fait un peu ce qu’il veut quoi » (professeur de mathématiques). Cette triple référence à la norme technologique qui appelle des compétences spécifiques et une formation, à la norme institutionnelle qui pose des contraintes fortes, et à l’intimité « hors norme » qui crée des zones de porosité entre la vie et l’école, montre à quel point les représentations du numérique chez les enseignants sont duales. « Le numérique» renvoie au monde technique et au monde social, place l’école dans une situation de contradiction, les enseignants dans l’incertitude normative. La norme explicite elle-même est parfois vécue par les jeunes enseignants comme une difficulté dans sa mise en œuvre. Les normes juridiques et les pratiques sociales sont parfois contradictoires. Ainsi, une enseignante d’anglais témoigne de la rigidité d’un chef d’établissement qui refuse toute utilisation des réseaux socio-numériques, même en voyage scolaire, rigidité qu’elle déplore mais subit, et qui la place en porte-à-faux par rapport aux parents, qui trouveraient normal d’avoir des nouvelles de leurs enfants via les réseaux sociaux, et même par rapport à ses propres valeurs, qui l’incitent à utiliser des outils de communication partagés.

Le numérique crée donc un lien étroit entre la vie privée, l’intime, l’expérience personnelle, heureuse ou douloureuse, et la vie professionnelle. La façon d’en parler est donc souvent placée sur le registre de l’affectif plus que du cognitif et du rationnel, avec la représentation d’une rupture entre cette approche spontanée, affective, liée à la vie privée, et les injonctions institutionnelles décrites comme décalées, inadaptées. Une référence technologique « froide » introduit donc dans les représentations et les discours sur l’école des éléments «chauds », affectifs, intimes. Ces éléments liés aux affects créent également un sentiment de responsabilité par rapport aux risques, autant chez les plus jeunes que l’on craint de voir exposés à des contenus choquants que chez les adolescents que l’on voit désarmés face à des normes sociales inacceptables, comme l’injonction de l’exposition de soi.  Mais dans cette prise en charge d’une responsabilité particulière, l’institution apparaît encore en décalage, puisqu’en posant des interdits sur les pratiques sociales du numérique, elle empêche les enseignants de dialoguer sur les pratiques des élèves en leur imposant des formes d’auto-censure. Une enseignante de gestion a résolu la question : «  il y a tellement d’outils sur Internet qu’on peut utiliser pour leur montrer que ça marche pas ou qu’il faut faire attention. Moi je leur fais, régulièrement, je projette au tableau, je prends Google et je tape le prénom et le nom de famille de chaque élève et on voit sur la première page tout ce qu’on trouve. ».

Les réseaux sociaux posent donc particulièrement un problème. La question se pose de savoir si, en travaillant sur les réseaux sociaux à l’école, on sort du cadre. C’est ce qu’affirme une enseignante d’espagnol : « Mais sinon après pour communiquer avec eux, non. Parce que là (…) je trouve qu’on sort du cadre (…) là on passe dans le cadre du loisir enfin c’est autre chose pour moi (…) je vois pas comment l’intégrer véritablement à mes séquences, enfin vous voyez à l’organisation, au projet pédagogique je vois pas. » La connaissance du « cadre » est d’ailleurs imprécise : « C ’est vrai bon je pense qu’on n’est pas tous dans les clous c’est vrai que… enfin je pense qu’il y a des choses qu’on fait qui sont certainement à la limite de la légalité. «

La norme s’énonce dans un cadre qui pose des limites contraignantes à l’activité. Pour une enseignante d’anglais «  Je pense que c’est la question de la limite qui fait peur. Si on utilise Twitter en classe il faut poser énormément de limites, il faut un modérateur il faut peut-être changer le mot de passe régulièrement ou voilà vraiment poser un cadre parce que effectivement on a facilement aucune limite sur les réseaux sociaux et ça donne, ça donne des, des choses comme le harcèlement, comme enfin tout dépassement moral en fait ou bien immoral. Pour cet enseignant de SVT, « Alors les réseaux sociaux, à mon avis faut pas les bannir mais faut les utiliser correctement, c’est  à dire que quand on est enseignant, à mon avis on n’ajoute pas ses élèves même sur un compte secondaire sur Facebook, enfin Facebook, c’est… c’est la… c’est notre vie publique enfin non pardon  notre vie privée qui peut être rendue publique. « C’est du côté de cet implicite que les choses se compliquent : ainsi, par exemple, la répartition des rôles entre la famille et l’école n’est plus claire dans l’éducation au numérique. Une enseignante d’arts plastiques ne voit pas le rôle qu’elle peut jouer dans l’éducation au numérique, qu’elle assigne aux parents, tout en s’interrogeant, à l’occasion de l’entretien, sur la pertinence de ses propos.

REPONDRE aux injonctions paradoxales

Ainsi, pour les enseignants, l’injonction du numérique contient un certain nombre de contradictions normatives (entre la norme scolaire, pas toujours clairement identifiée, et les normes sociales) et les place en difficulté par rapport à leur agir professionnel. Pour un professeur de mathématiques, « (…) puisque c’est au programme, faut que je fasse le programme. Mais euh… ils ont de telles lacunes sur des notions de base, que… je trouve que c’est euh… inapproprié ou en tout cas on n’a pas suffisamment expliqué ce qu’on en attendait réellement pour que… je sache quoi en faire. » Pour cet autre enseignant de mathématiques, à propos de l’algorithmique «  même si vous aimez l’algorithmique, comme c’est pas… dans l’écosystème de… nos préoccupations, ben voilà c’est… Moi je pense que tant que ça sera pas détaché, ça sera pas convaincant quoi ». Ces enseignants témoignent d’un sentiment de difficulté, voire de perte des repères, parce qu’ils sont tiraillés entre des injonctions normatives à enseigner et une difficulté à identifier autour de quoi éduquer et avec quels moyens. Pour cet enseignant en hôtellerie, « on sait plus écrire… ils savent plus écrire et pas réellement… ils savent plus lire et plus écrire. Alors moi j’entendais déjà ça à mon époque, mais là réellement, en 1ère, moi j’ai des… j’ai, j’ai une jeune qui sait pas lire. Je l’ai fait lire devant tout le monde, (…). Enfin c’est pas normal. Donc… donc… ben oui, prendre un livre, c’est quand même mieux que d’aller sur Internet et regarder tout et n’importe quoi, les vidéos qui abrutissent le peuple, je vous dirais ». Les paradoxes des injonctions sont mis en relief par cet enseignant : ce qu’il doit faire, la norme, est souvent cité comme contraire à ce que le bon sens lui commande de faire. Pour un enseignant de lettres, « Je leur laisse utiliser leur téléphone portable d’abord parce qu’ils en ont chacun un ce qui est pas le cas par exemple pour des tablettes ou un ordinateur (…) Ensuite je leur laisse utiliser pour de la recherche (…) ce qui est très intéressant par exemple c’est pour avoir un tableau en couleur, pour avoir la définition d’un mot, l’orthographe d’un mot, voilà donc pour tout ça, une recherche sur une biographie d’un auteur, pour tout ça ils peuvent utiliser dans le cadre du cours euh… la même chose en latin ou en… alors en grecj’ai l’impression que l’écran est véritablement un écran entre le cerveau et la main. ». De la même façon, pour un autre enseignant de lettres, le fait de devoir remplir un cahier de textes numérique, ou un fiche de présence, représente un obstacle à un exercice fluide de son métier d’enseignant, et le met dans une position de justification par rapport aux parents et aux élèves. A l’inverse, il souhaiterait lui aussi laisser les élèves utiliser leur téléphone portable, pratique interdite : « la difficulté que j’ai c’est qu’on me le reproche parce que c’est interdit par le règlement intérieur, ça doit rester dans les sacs,  (…) si toi tu les autorises en classe comment veux-tu que nous ensuite les élèves comprennent qu’on veuille leur interdire ? »

COMPRENDRE les cadres

Ainsi, le numérique réinterroge la norme scolaire, autant la norme explicite qui s’exprime dans les règles juridiques et les programmes, que la norme implicite qui traverse la conception que chaque enseignant se fait de son métier, à l’issue de ses études, de sa formation, avec sa propre expérience sociale. Pour cette enseignante d’anglais, l’éducation aux usages numériques est incluse dans sa mission d’enseignante : « On est éducateurs avant tout. Donc je pense qu’à l’unisson, le message il vient d’en haut et il est normal, il faut qu’on le relaie sans cesse. » .

De nombreux enseignants ont des pratiques numériques très proches de celles de leurs élèves, utilisant les réseaux sociaux, téléchargeant des ressources sans se soucier de propriété intellectuelle. Là encore, le numérique fait advenir des contradictions entre usages sociaux, discours attendu et perception de la norme. Pour certains cependant comme cette enseignante d’anglais,

«  moi, si je veux avoir un discours cohérent par rapport à ce que je dis aux élèves, j’ai envie d’être cohérent, (…) il faut être irréprochable soi-même avant de prôner l’irréprochabilité. (…) je fais pas n’importe quoi, en tout cas ça, j’ai mis un point d’honneur là dessus, y’a pas… pas de téléchargement illégal chez moi par exemple. (…) Je paye pour ceux qui payent pas je suppose (rires) mais moi je peux me regarder dans le miroir et je… je fais rien de mal. «

Anne Lehmans


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.