Analyse des ressources et discours sur la prévention des risques numériques en éducation

Le développement des usages numériques a donné lieu ces dernières années à la prolifération de discours sur les risques numériques. Ces discours concernent, voire inquiètent, les enseignants qui ont une mission d’éducation des jeunes générations aux usages numériques. Pour les y aider, plusieurs types d’acteurs (institution scolaire, organismes juridiques, associations, assureurs…) contribuent à la production et à la diffusion de ressources éducatives abordant les questions d’éducation au numérique. Dans le cadre du projet de recherche eRISK concernant la perception des risques numériques par les enseignants, nous avons identifié les sources d’informations que ces derniers consultent. Cet article est extrait d’une contribution au colloque COSSI 2018 qui propose d’analyser les discours ainsi que les normes sociales sous-jacentes, à travers un corpus de ressources traitant des risques éthiques liés aux usages numériques. Par une analyse thématique et sémio-discursive, nous mettons en évidence les trois dimensions (prescriptive, coercitive, intégratrice) des discours normatifs, susceptibles d’avoir une influence sur les pratiques des enseignants et des élèves, et sur la durabilité des usages numériques pédagogiques.

La recherche s’inscrit dans le cadre du projet eRISK qui a débuté par une enquête sur les représentations et les usages numériques à laquelle 724 enseignants néotitulaires d’établissements primaires et secondaires ont répondu. Cette enquête ainsi que des entretiens auprès de quinze de ces enseignants volontaires ont permis de sélectionner six sources d’informations qu’ils consultent pour s’informer sur les risques numériques. Les sources sont plutôt institutionnelles (Eduscol-Internet Responsable, CNIL, le CLEMI), mais aussi proposées par des acteurs du secteur privé (Tralalère, Canopé et France TV Education). Nous procédons dans un premier temps par une cartographie des liens hypertextes vers lesquels les sites cités renvoient afin de repérer les acteurs intervenants sur ces questions.

 

Figure 1 : Cartographie des sites consultés par les enseignants

Cette cartographie permet de voir les liens qu’entretient le secteur privé (comme par exemple la société Tralalère, éditeur du site Internet sans crainte) avec d’autres acteurs de milieux privé, associatif mais aussi institutionnel. L’enquête nous apprend par ailleurs que 60 % des enseignants qui ont consulté des informations sur ces sites en ont un usage purement informatif. 42,10% disent mettre en place une stratégie préventive à l’aide de ces informations, dont notamment la mise en place de moyens visant à préserver leur propre sécurité. Ils sont 38% à déclarer partager ces informations et 31,70% déclarent les utiliser pour mener des actions éducatives. Même si peu des enseignants néotitulaires déclarent faire usage des informations qu’ils consultent sur ces sites, celle-ci contribuent et contribueront sans doute à former leur cadre de référence. Il nous paraît donc intéressant d’étudier quelques-unes des ressources diffusées sur ces sites et s’adressant aux enseignants et à leurs élèves.

Pour ce faire, nous avons réalisé une analyse thématique permettant d’identifier les types de risques numériques abordés sur ces sites. Il s’agit principalement de risques informationnels, psycho-sociaux, éthiques et juridiques. Très peu voire aucun de ces sites n’abordent les risques sanitaires, techniques, socio-économiques ou cognitifs. Les cinq sites proposent des ressources traitant des risques éthiques à travers la protection des données personnelles et de sa vie privée sur le web. Ces ressources sont de formats variés : il s’agit par exemple de guides ou de cas pratiques, de jeux, de quizz ou de vidéos ludiques, etc. Nous avons choisi de sélectionner un corpus de quatre ressources autour du même type de risque (le risque éthique) et d’analyser la façon dont il est traité tant dans sa forme que sur le fond en choisissant volontairement des formats diversifiés : une vidéo d’animation produite par France Tv Education, Canopé et le CLEMI ; un guide illustré au format PDF sur le site Internet sans crainte ; un ensemble de pages web présentant 10 conseils illustrés par un dessinateur de bandes dessinées ; et enfin une page web avec des textes explicatifs et cas pratiques sur le site Internet responsable.

France TV Education / Canopé / Clemi – Vidéo Les clés des médias

Tralalère – Guide Internet sans crainte

CNIL – 10 conseils pour rester net sur le net

Eduscol – Internet responsable

Figure 2 : Corpus de ressources analysé

Pour l’analyse sémio-discursive des quatre ressources, nous avons cherché à repérer les destinataires visés, la façon dont les auteurs s’adressent à eux, les sources citées, les cadres de référence quant aux situations à risques, l’univers discursif utilisé pour décrire le risque numérique, ainsi que les normes sociales défendues.

Caractérisation des discours normatifs sur le numérique en éducation

Ces ressources peuvent être considérées comme des « dispositifs d’institution, qui permettent d’inscrire des logiques anthropologiques et sociales, des modes de pratiques sociales et de rapports sociaux, des imaginaires, des types de comportements divers, à la fois dans des objets, des formes objectales, et dans des formes organisationnelles. » (Le Moënne, 2013). Nous considérons que la publication en ligne de ces ressources relayées par des sites institutionnels est issue de négociations et d’une reconnaissance mutuelle de ces contenus et de leur mode d’éditorialisation par les différents acteurs, auteurs et partenaires. A travers ces quatre ressources, on relève des approches discursives diversifiées : narrative pour les Clés des médias et à visée première de vulgarisation ; descriptive, explicative, sur Internet responsable avec une visée essentiellement argumentative ; injonctive pour Internet sans crainte et la CNIL avec des fonctions majoritairement ludique, prescriptive et didactique.

Nous avons cherché à identifier les méthodes employées pour communiquer sur les normes sous-jacentes aux usages numériques. Trois dimensions spécifiques aux discours normatifs autour des risques pour le numérique éducatif sont présentes à travers les dimensions prescriptive, coercitive, et intégratrice.

Dimension prescriptive

La dimension prescriptive est très présente dans chacune des ressources et surtout sur le site de la CNIL et d’Internet sans crainte. Les discours suggèrent voire imposent des normes ou des règles de conduite à suivre. Ils s’inscrivent dans des encarts mis en évidence et intitulés « Les bonnes questions à se poser ? » ou « Que faire », suivis d’une liste d’actions très concrètes à réaliser (ex : « Désactiver la géolocalisation sur son smartphone dès que possible », « Tapez régulièrement votre nom dans un moteur de recherche pour vérifier quelles informations vous concernant circulent sur internet. »). L’emploi de l’infinitif ou de la deuxième personne du pluriel et parfois du singulier interpelle le récepteur et le somme de s’emparer de ces conseils. Pourtant, s’il est bien mentionné ce qu’il faut faire, il n’est pas toujours explicité comment le faire.

Pour donner du poids à ces discours, les auteurs s’appuient aussi sur des situations mettant en scène les risques et emploient pour cela le présent de vérité générale (ex : « Vos données ont de la valeur pour les entreprises et certaines organisations »), ou contextualisent les situations évoquées dans un cadre globalisant (ex : « Sur internet, vous laissez des traces ») qui banalise les risques (ex : « Les moteurs de recherche sont un passage quasi obligé dans votre utilisation d’Internet. », « Tout laisse des traces sur l’ordinateur et ces traces ne sont pas perdues pour tout le monde »).

Ces discours semblent s’adresser directement aux élèves et ont pour but de les persuader de leur vulnérabilité sur internet (ex : « Internet sait (presque) tout de vous »). Ils cherchent à démontrer qu’il est très facile et rapide de se faire piéger à son insu, par exemple à l’aide d’interjections (ex : « Et hop, vos données sont collectées »). Les informations mises en avant dans les ressources interpellent directement le destinataire, l’amenant à réagir avec des formules souvent lapidaires et choc à l’image de slogans publicitaires.

Le recours au verbe « devoir » (ex : « vous devez savoir quel est le sort réservé à vos données et de quelle manière en garder la maîtrise »), ou à l’impératif (ex : « Réfléchissez avant de publier ») vise aussi à responsabiliser le destinataire dans ses choix (ex : En laissant les choses telles quelles, il commet une atteinte à la vie privée et à l’image d’autrui. Il décide donc de flouter les visages.). Nous relevons aussi la référence à un groupe d’usagers (« les plus geeks ») qui peut laisser penser aux usagers qu’il faut être expert pour être protégé sur le web (ex : « Pour les plus geeks, il y a aussi le VPN pour établir des connexions directes entre ordinateurs, des réseaux alternatifs et des solutions pour crypter ses données »).

Dimension coercitive

Les discours sur chacune des ressources reposent aussi sur des sanctions susceptibles d’être encourues en cas de non-respect des normes présentées. Ces sanctions, plus ou moins diffuses, peuvent être présentées en réponse à un point de vue juridique (ex : « La vie privée d’une personne peut être dévoilée par des enregistrements sonores, par la diffusion publique de ses écrits, par la diffusion de son image. L’infraction existe dès que les éléments relevant de la sphère privée sont diffusés à un public autre que son destinataire initial et exclusif. »), ou d’un point de vue moral (ex : « Attention, car tout ce que vous diffuserez volontairement (photos, écrits, enregistrements sonores) ayant un caractère privé ou intime sur Internet pourra être vu par des milliers d’inconnus, qui porteront un jugement, voire détourneront vos contenus. »). L’interpellation par le terme « attention » et l’emploi du futur place le destinataire dans une position de mise en garde face à tout agissement en dehors de la norme. Parfois, la coercition passe aussi par une forme de culpabilisation.

La description de situations à risques permet de faire émerger les sanctions auxquels on s’expose en cas de non-respect des normes. Il est montré que ces sanctions peuvent être provoquées par :

  • des menaces extérieures auxquelles on s’expose. La CNIL aborde par exemple l’intrusion et le piratage par des individus malveillants. Le discours annonce d’emblée la sanction qui est celle de se faire voler ses données personnelles. Ainsi, la protection de ses appareils et équipements fait partie des normes que l’on pourrait qualifier de normes de sécurité, à respecter.
  • un organisme veillant au respect des normes juridiques sur le web. La CNIL est présentée comme tel dans Les clés des médias. Sur son site, la CNIL explique avoir pour mission d’« accompagne(r) les professionnels dans leur mise en conformité et (d’aider) les particuliers à maîtriser leurs données personnelles et (à) exercer leurs droits. »[1]. La loi française est aussi citée à travers des articles du code civil sur le site Internet responsable.
  • le regard de la société civile porté sur un comportement présenté comme déviant (normes morales (Livet, 2012)). Il s’agit par exemple de la diffusion incontrôlable de ses données personnelles et le fait que les informations qu’on retrouve publiquement en ligne nuisent à sa réputation. La sanction relève alors plutôt de la gêne ou de l’humiliation (« Ne publiez pas de photos gênantes de vos amis, votre famille ou de vous-même car leur diffusion est incontrôlable. » (CNIL)).

Jusqu’alors, ces dimensions prescriptive et coercitive indiquent d’un côté ce qu’il faut faire ou ce qu’il faut savoir, et de l’autre, ce qu’il ne faut pas faire. Ces deux approches laissent cependant peu de place à la réflexion ou à la discussion qui pourrait être négociée avec les usagers. La troisième dimension qui va maintenant être présentée ouvre une autre voie.

Dimension intégratrice

Dans une moindre mesure, les sites examinés proposent des formes de discours impliquant davantage les usagers. C’est notamment le cas de la vidéo des Clés des médias ou du guide produit par Tralalère. On y trouve des évaluations ou des jugements de valeurs sur certains comportements, qui sont portés comme des évidences au moyen d’exclamations (ex : « On invite qui l’on veut à sa fête privée et non des millions d’internautes ! », « Souvent, c’est vous qui offrez vos données. Merci ! »). L’emploi du « on » ou du « nous » donne aux destinataires le sentiment d’appartenance à un groupe social (ex : « Les données personnelles ne regardent que nous ou un très petit nombre de personnes ! »). Cette façon d’édicter les règles à suivre tout en intégrant le destinataire comme membre d’un groupe social reste cependant assez peu développée dans les discours analysés. L’approche narrative employée dans la vidéo des Clés des médias permet de conclure par une morale (ex : « On ne peut pas contrôler toutes ses données personnelles »). Ces modalités interpellent l’usager en le faisant réfléchir sur ses pratiques. Chacun est en droit d’être d’accord ou non avec ces affirmations. Cette forme nous paraît alors intéressante d’un point de vue pédagogique dans la mesure où elle cherche à responsabiliser l’usager et à l’amener à porter un regard réflexif sur sa propre pratique. Elle permet ainsi à des enseignants d’envisager une médiation et un échange autour de la ressource pour intégrer les élèves dans la construction de normes partagées.

Discussion : les conditions d’une normalisation durable des usages numériques

Les ressources analysées décrivent toutes des situations faisant l’objet de risques que courent les individus sur internet, en ayant parfois tendance à les banaliser et à culpabiliser les destinataires. En l’occurrence, ces ressources s’adressent soit directement aux élèves, au moyen d’un graphisme ludique de type bande dessinée (CNIL, Internet Sans Crainte) ou de séquences vidéos d’animation (France Tv Education/CLEMI/Canopé) ; soit aux enseignants qui peuvent les utiliser pour construire leurs propres supports de cours (Eduscol-Internet Responsable). La cartographie a montré que les acteurs du secteur privé impliqués dans la production de ressources entretiennent des liens directs avec les acteurs institutionnels, qui attestent de la validité des discours qui y sont véhiculés.

Nous avons pu voir que les normes édictées concernant les usages numériques sont transmises au moyen des discours prescriptifs et coercitifs, mais aussi parfois par des discours intégrateurs, offrant des possibilités pour une médiation de la part de l’enseignant. Nous pensons que la participation des usagers (élèves et enseignants) au processus de normalisation de ces usages numériques, et la réflexivité qu’ils peuvent exercer autour est nécessaire pour assurer l’intégration des normes dans les usages (Perriault, 2011, p.16). La médiation de la part des enseignants ou des parents autour des ressources apparaît comme une condition essentielle. Diffusées directement aux élèves sans médiation, ces discours fortement normatifs nous semblent inopérants car ils doivent s’inscrire dans la réalité de leurs pratiques. A cette condition, la normativité des discours peut dépasser son caractère contraignant et permettre de responsabiliser les élèves en les impliquant dans un projet collectif de construction de règles partagées qui prendra tout son sens pour eux.

 

BIBLIOGRAPHIE

Le Moënne C. (2013). Entre formes et normes. Un champ de recherches fécond pour les SIC, Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 12 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/365

Livet, P. (2012). Normes sociales, normes morales, et modes de reconnaissance, Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, 1, 45, 51-66. URL : https://www-cairn-info.docelec.u-bordeaux.fr/revue-les-sciences-de-l-education-pour-l-ere-nouvelle-2012-1-page-51.htm

Moeglin, P. (2005). Outils et médias éducatifs, une approche communicationnelle, Grenoble, PUG.

Perriaut, J. (2011). Normes numériques, éthique et sciences sociales, dans Perriault, J. et Vaguer, C. (dir.) La norme numérique. Savoir en ligne et Internet, CNRS Editions., 11-25.

Prairat, E. (2009). De la déontologie enseignante, Paris, PUF.

[1] Voir en ligne : https://www.cnil.fr/fr/la-cnil-en-france


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.