Conceptions du numérique chez les jeunes et positionnement des adultes

Les jeunes de classes de 5ème manifestent tous beaucoup l’enthousiasme dès qu’on évoque le numérique avec eux. La quasi-totalité des jeunes échangent naturellement et volontiers sur leurs pratiques numériques.

Définition du numérique pour les élèves

La connaissance du numérique chez les élèves est faite de représentations issues de leurs pratiques quotidiennes non formelles et de discours extérieurs, qu’ils se sont parfois appropriés. Le numérique est vu comme un ensemble de technologies plus que de pratiques :

« Le numérique, c’est la technologie »

« C’est des ondes »

« Pour faire les choses il faut la WiFi, sinon tu peux rien faire »

« Internet c’est un moteur de recherche qui donne tous les résultats de ce que tu cherches. C’est des ondes, le wifi et la 4G. »

L’objet central du numérique est souvent le smartphone (pour envoyer des messages, appeler, prendre des photos, jouer, etc.), dont le terme « fait vieux » selon un élève, qui dit préférer « téléphone ». Ce dernier est défini par l’un d’eux comme :

« un objet tactile, ou pas forcément, qui sert à envoyer des messages à des personnes quand elles sont pas près de nous ».

Le numérique est aussi pour eux le reflet du monde actuel et de son évolution :

« On peut dire qu’en ce moment le monde il est en développement. Développement technologique »

« Bientôt l’époque contemporaine, ça va s’appeler l’époque du numérique ».


Les équipements chez les élèves

Les élèves déclarent être équipés d’écrans, de consoles et de tablettes dans toutes les pièces de leur habitat, ce qui leur permet d’échapper à tout moment aux parents : « quand mon père me saoûle ». Les écrans représentent leur monde duquel ils excluent les adultes et qui leur permet de se soustraire à leur regard.

La socialisation des jeunes sur les réseaux sociaux

Les élèves sont quasiment tous présents sur les réseaux sociaux numériques même s’ils n’ont théoriquement pas le droit de s’y inscrire à leur âge et en ont conscience. L’effet de groupe semble l’emporter et beaucoup de parents admettent leurs usages.  

Les réseaux sociaux sont ce que les élèves utilisent le plus avec leurs outils numériques (pour s’envoyer des messages, partager des vidéos, etc.), la dimension ludique arrivant ensuite (avec les jeux vidéo). Les réseaux sociaux constituent un espace récréatif. Facebook est peu évoqué mais surtout négativement (« c’est un réseau pour les vieux », il « ne me plaît pas trop »), et d’autres réseaux sociaux sont cités : Snapchat, Instagr.am, Youtube et Musical.ly. Sur ces réseaux sociaux, ils peuvent se mettre en scène visuellement très aisément (depuis son smartphone, quelques « clics » suffisent) ou voir ceux qui se mettent en scène. Ils sont par ailleurs séduits par un certain nombre de fonctionnalités pratiques pour améliorer cette mise en scène, comme les « filtres » sur les photographies, aisés à mettre en place sur Snapchat, qui donnent des « photos rigolotes » ou les emoji. Ils apprécient aussi le fait de pouvoir réaliser et partager de courtes vidéos, dans lesquelles ils miment des paroles de chansons avec Musical.ly.

A l’évocation du nom de ces réseaux sociaux, les élèves sont « enthousiastes » : ils utilisent très fréquemment les applications précédemment évoquées (quotidiennement pour beaucoup d’entre eux). Certains parmi eux évoquent des pratiques qui ont également vocation au partage avec d’autres et à la valorisation de soi, de manière plus affichée qu’avec les likes : « un thug life, y’en a un qui fait le malin, tu lui mets une patate, tu le mets par terre, tu l’envoies à tes amis, ils font oooh […] Y’en a un, il fait le malin, et tu le calmes direct et il se tait ».

Les élèves différencient les applis pour filles et pour celles pour les garçons, Musical.ly est pour filles, « ça sert à rien ! » disent les garçons. Certaines applis ne sont pas catégorisées par genres et permettent de faire des choses qui relèvent de l’intime mais sans s’exposer, comme Sarahah, une application permettant de recevoir des commentaires anonymes de son entourage. Pour les garçons qui ont parfois des difficultés à s’exprimer et qui ne parviennent pas toujours à dire ce qu’ils souhaitent, les réseaux sociaux et leurs fonctionnalités telles que les emoji semblent être des moyens d’expression privilégiés pour se sentir moins exposés. Ils permettent aussi d’exprimer une identité partiellement réelle « je suis africain » et fantasmée « j’ai des locks, je suis rasta ».

Pour un groupe d’élèves qu’on peut qualifier de « gamers », leur univers est perceptible à travers les termes, les choix pour leur projet qu’ils décrivent comme « la vie d’un streamer ». Ces élèves ont un rapport ludique et de plaisir avec le numérique, qui peut entrer en contradiction avec la vision des risques.


Le rôle des parents

Les parents semblent jouer un rôle important chez la plupart de ces jeunes concernant la perception et la définition des risques numériques. Les collégiens y font constamment allusion, et ne remettent pas en cause le discours parental. Une des filles raconte qu’elle ne peut pas avoir Snapchat, car ses parents ont peur que des photos d’elle circulent sur le web et lui échappent. Ce sont la plupart du temps les parents qui les ont informés sur les risques. Une autre élève explique que ses parents ont le mot de passe de son téléphone. Chez certains, les parents sont totalement absents de toute référence à des formes de contrôle ou de prévention. Pour un des garçons, jouer le soir l’empêche de dormir, ce qu’il souhaiterait arrêter, alors qu’un autre passe des nuits blanches à jouer sans problème. Les élèves se font, entre eux, le relais des discours parentaux : “tu ne réussiras pas tes études si tu continues”. Chez certains cependant, les usages des réseaux se font sans l’accord ni la concertation avec les parents : « moi j’ai même pas demandé à mes parents parce que je sais qu’ils auraient dit non parce que c’est pour les moins de 13 ans ».


Une image négative de Facebook qui profite à d’autres plateformes

On remarque que parmi les réseaux sociaux, Facebook est surtout un réseau connu pour les risques qu’il fait courir à ses membres d’après la sensibilisation qui semble être faite par les parents et d’après eux par les médias.

Selon certains élèves, Facebook est dangereux car il « n’est pas privé » ou encore parce qu’il est trop facile de s’y faire « voler son compte », à la différence d’autres réseaux comme Instagr.am, selon eux. Ainsi, les élèves ne remarquent pas qu’Instagr.am ou les autres réseaux sociaux sont aussi peu transparents que Facebook sur la gestion des données personnelles. Pour les élèves, il suffit que le réseau social précise si un contenu est public ou privé pour qu’il n’y ait aucun risque de perte de contrôle de leurs données ou de risque d’hameçonnage.

« Dans les paramètres, tu peux choisir si c’est privé ou public, et quand c’est privé tu reçois des demandes et tu les acceptes ou pas. Si tu les connais pas, t’es pas obligé de les accepter. »

S’ils pensent que les réseaux sociaux sont sécurisés parce que les administrateurs suppriment les comptes quand on les signale comme dangereux, Facebook est unanimement considéré comme trop dangereux.

«- Mes parents, ils disent que Insta ou Snap c’est mieux pour nous parce que c’est pour les jeunes, il y a que des jeunes dessus, et donc c’est plus sécurisé ».

«- Oui, les miens ils disent ça aussi, c’est pour les jeunes, y a pas de danger du coup par rapport à Facebook »

Ils disent tous avoir arrêté Facebook. Les risques encourus à y publier des données sont bien connus selon eux. Ces croyances viennent « servir » les autres plateformes, telles qu’Instagr.am ou Snapchat, dont les parents préconisent, d’après eux, l’usage, en raison de la jeunesse du public auquel ils sont destinés. Une sensibilisation est donc à faire sur le fait que tous les réseaux socio-numériques présentent les mêmes risques et que les confusions et croyances semblent très présentes.


Les conceptions des risques numériques par les jeunes

Les risques numériques sont évoqués spontanément par les adolescents et la plupart discutent des moyens de les prévenir. On remarque que trois types de risques sont spontanément discutés :

  • les risques éthiques, autour de la dépossession de ses données personnelles, et de la réutilisation des données personnelles à des fins malveillantes…

« Avec la géolocalisation, quelqu’un qui pourrait nous vouloir du mal peut nous retrouver »

« Si on perd le téléphone, nos données seront accessibles à d’autres personnes, mais par contre avec la géolocalisation la police peut bloquer le téléphone »

Certaines des filles répondent des « trucs faux » aux formulaires d’inscription en ligne pour protéger leur identité. Elles parlent aussi de « sessions informatiques », permettant de montrer ou de cacher quelque chose à quelqu’un d’autre. « C’est comme un compte », explique l’un d’entre elles. La plupart sont adeptes de l’empreinte digitale sur leur téléphone portable qui est « très sûre » selon eux.

  • les risques psycho-sociaux sont évoqués au détour d’une conversation et viennent contre-balancer les « pratiques-plaisir ».

« Sur Snapshat, on peut faire du mal aussi. »

« Snapchat, ça sert à rencontrer des gens des personnes mais il faut faire attention. On peut y rencontrer les voisins quand on les connaît mal. »

Certains élèves mettent en avant le fait que, si le téléphone permet de communiquer à distance avec d’autres personnes, il est susceptible de couper des proches avec qui ils vivent (ce constat n’est pas partagé par tous les élèves) :

« En même temps, moi je vais pas vous mentir, depuis que le téléphone est sorti on fait plus grand chose en famille. Ma sœur, elle a 16 ans, elle est tout le temps dans sa chambre avec son téléphone, elle regarde pas la télé avec nous »

« Ma mamie, elle veut pas que je l’aie à table ou en voiture pour qu’on communique »

Certains élèves font le parallèle avec l’alcool, « dont il ne faut pas abuser ». Ainsi, le téléphone, dont deux élèves disent jouer dessus toute la nuit parfois, est vu comme potentiellement addictif, propos renforcés par l’orientation donnée par les adultes durant la journée.

Pour les « gamers », l’interdiction du jeu GTA au nom de sa violence n’a pas de sens, parce que la violence on la voit dehors autant que dans le jeu vidéo.

« Ça ne change pas beaucoup ».

C’est un peu comme si la violence extrême du jeu permettait de supporter la violence de la vie et la difficulté à y faire face.

« Dans GTA tu peux faire des choses que tu ne feras jamais dans la vie même si tu en as envie, par exemple tu peux tuer un prof. »

  • les risques sur la santé sont aussi abordés par plusieurs d’entre eux

« Il faut éteindre le téléphone la nuit à cause des ondes, pas bonnes pour le cerveau »

Positionnement des adultes vis-à-vis des discours des jeunes

On relève essentiellement trois approches dans le positionnement des adultes avec les élèves : l’approche guidée, l’approche de médiation et l’approche d’interaction.

  • Approche guidée : il s’agit de faire formuler par les élèves ce que l’adulte problématise, l’adulte oriente et choisit la réponse qui semble convenir.

Les adultes interrogent beaucoup les élèves en projetant leurs propres représentations :

« et les sms vous faites pas ? »

« vous avez des comptes Youtube ? »

« et les parents, tu crois qu’ils savent tout ? »

« vous l’éteignez quand vous arrivez à l’école ? »

« vous, vous l’utilisez beaucoup ? » (le téléphone)

« Vous jouez un peu, sur la tablette ? »

Ils valident aussi ce que disent les élèves, en reformulant leurs propos, en partant aussi de leurs propres analyses des risques :

« oui tu vois des photos circuler que t’aimerais pas voir »

« Et donc ces pubs là c’est pour vous dire qu’il faut pas trop utiliser… »

Cette approche est assez semblable à celle des enseignants qu’on peut observer en classe : ils visent un objectif et vont amener le groupe à formuler ce qu’ils attendent.

  • Approche de médiation : l’adulte met en rapport les avis des élèves, cherche à les faire s’exprimer collectivement.

Les adultes cherchent souvent à impliquer chacun des élèves et à les faire parler entre eux, pour les amener à argumenter leurs propres choix, avis ou façon de faire :

« toi tes parents ils ne veulent pas que tu sois sur Facebook ? »

« Et comment tu fais toi, pour choisir ? »

« on va écrire tout ça, c’est plus simple »

L’adulte se positionne ici en médiateur, il va encourager le groupe, valoriser chacune des propositions :

« On a beaucoup de mots, c’est bien ! »

« mais comment vous avez appris tout ça vous ? »

« T’expliques super bien, alors là.. je suis bluffée ! »

Cette approche permet de comprendre les pratiques des élèves dans leur diversité, d’animer des débats et de rendre les élèves acteurs de la réflexion en les encourageant et les valorisant.

  • Approche interactive : l’adulte interagit et manifeste son positionnement sur le numérique.

L’adulte se positionne ici en usager du numérique. En se positionnement au même niveau que les élèves, il interagit et s’implique en partageant son avis :

“ouais c’est pas magique, faut un réseau comme tu dis”

“ah ouais, ça ça craint…” (à propos des screens)

« ah, garder le contact. ça c’est bien, garder le contact »

Cette approche tend à rompre la distance hiérarchique entre l’adulte et le jeune. Le numérique permet de placer chacun au même rang d’usager et de partager des avis, des représentations, des pratiques ou des stratégies qui peuvent aussi se construire collectivement.

On retrouve donc à travers ces trois approches un prolongement des échanges scolaires vers une discussion de la vie sociale.  La journée de lancement hors de l’établissement a fortement marqué les élèves qui en sont restés imprégnés jusqu’à la fin de l’année scolaire. Pour le premier collège, cette journée a été perçue comme un moment de détente, convivial, en rupture avec leur quotidien au collège : ils ont réellement apprécié. Pour le collège de REP, le vote et le fait qu’ils soient allés à l’Université les a beaucoup marqués. Le mobilier, en particulier les chaises, à roulettes, confortables et colorées est un élément qui a été repris par plusieurs élèves dans les deux établissements, comparant ces modalités de travail avec les « chaises inconfortables sur lesquelles on doit rester assis toute la journée ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.