Méthodologie d’enquête sur les représentations des risques et les pratiques numériques des enseignants

Les objectifs visés à travers cette enquête sont d’identifier des tendances en matière de pratiques numériques chez les jeunes enseignants (ayant moins de 3 ans d’expérience dans la profession) ainsi que leurs représentations des risques liés aux usages numériques pour eux-mêmes et pour les élèves. Plus précisément, il s’agit de répondre aux questions suivantes :

  • Quelles sont les pratiques numériques personnelles des enseignants ?
  • Quelles sont leurs pratiques pédagogiques avec le numérique ?
  • Quelles sont leurs représentations des risques numériques (pour eux / pour leurs élèves) ?
  • Quelle expérience du risque numérique ont-ils ?
  • Quelles sont leurs stratégies face aux pratiques et risques numériques en classe ?
  • Quelles informations consultent-ils au sujet des risques numériques ?
  • Ont-ils reçu une formation pour enseigner avec le numérique ?
  • Cette formation leur permet-elle de se sentir armés pour faire face aux risques numériques avec les élèves ?

Le questionnaire d’enquête est basé sur l’hypothèse d’une influence mutuelle entre 4 facteurs : les antécédents personnels de l’enseignant (ses pratiques, ses représentations, ses émotions vis à vis du numérique) sont influencés par son contexte (ses ressources, ses contraintes, son vécu ou expérience des risques). Ces deux aspects conduisent l’enseignant à élaborer des stratégies pour prévenir, limiter, éviter les risques numériques en classe avec et pour les élèves. Ses stratégies ou façons de faire face (coping) ont un effet sur les pratiques pédagogiques numériques en contexte scolaire. Celles-ci peuvent être plus ou moins développées, plus ou moins maîtrisées.

Figure: Modèle d’interrelations exerçant une influence sur les pratiques numériques en classe

Le questionnaire d’enquête comprend 23 ensembles de questions avec au total 75 items concernant :

  1. La perception de sa propre expertise du numérique
  2. Le temps passé par jour sur des applications numériques
  3. Le temps passé par jour sur un ou des outils numériques en général
  4. Les moyens de sécurisation utilisés
  5. Les finalités d’usages du numérique en contexte scolaire
  6. Les applications numériques utilisées en contexte scolaire
  7. La formation des élèves aux risques
  8. Les partenaires pour utiliser le numérique avec les élèves
  9. Les freins liés aux pratiques numériques
  10. La façon de réagir avec le numérique en classe
  11. L’expérience des risques numériques et la façon de les gérer
  12. La représentation des risques numériques pour eux-mêmes
  13. La représentation des risques numériques pour les élèves
  14. Le risque numérique dans l’imaginaire
  15. Les émotions vis à vis du numérique
  16. L’information consultée au sujet des risques et les besoins
  17. La formation de l’enseignant aux usages numériques pédagogiques et les besoins
  18. Le genre de l’enseignant
  19. Son âge
  20. Le statut
  21. La discipline enseignée
  22. Le niveau scolaire d’enseignement
  23. L’année d’expérience

Voir le questionnaire d’enquête

A partir de cette enquête, nous avons analysé les résultats pour repérer les grandes tendances. Nous avons ensuite soumis ces tendances à un panel d’enseignants volontaires au cours d’entretiens semi-directifs en les faisant réagir librement. La confrontation avec les avis de leurs collègues et le fait de devoir se positionner au regard de tendances les invite à expliciter leur point de vue personnel, à argumenter leurs propres choix et décisions.

Nous avons ensuite procédé en deux étapes pour analyser les discours (Charaudeau et Maingueneau, 2002) à partir des transcriptions de ces entretiens. Tout d’abord, une analyse thématique permet de repérer les discours relevant de leur positionnement vis à vis des usages numériques dans leur vie privée (usages et représentations personnels, sentiment d’expertise, expériences avec les amis, dans la famille) et en contexte scolaire (représentations et usages pour le métier d’enseignant, pratiques pédagogiques). Tout ce qui est dit à ce sujet par rapport aux élèves, aux parents d’élèves ou à l’institution (posture, représentation de la responsabilité) est également pris en compte.

Ensuite, nous avons effectué une analyse de discours. Celle-ci permet de repérer les qualificatifs employés pour nommer les acteurs (« je », « enseignant », « on », etc.), les indicateurs spatio-temporels, les processus réflexifs (« j’ai l’impression que »), les émotions et les positionnements qui s’inscrivent dans l’énonciation (valeurs ou normes de comportement social défendues).

Le panel de volontaires interrogés en entretiens se compose de quinze enseignants d’établissements primaires et secondaires (collèges et lycées) intervenant dans des disciplines variées (mathématiques, physique-chimie, SVT, gestion, espagnol, anglais, arts plastiques, biotechnologie, aéronautique, hôtellerie). Il s’agit pour la plupart d’un premier emploi et pour d’autres d’un nouvel emploi faisant suite à une réorientation professionnelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.