Expérimentation pédagogique avec des élèves de 5ème

L’objectif de la collaboration entreprise avec deux collèges pour le projet de recherche eR!SK pendant l’année scolaire 2017-2018 était d’expérimenter des projets d’éducation au numérique qui rompent avec les enseignements scolaires traditionnels et surtout avec les représentations que peuvent en avoir élèves et enseignants. En effet, l’enjeu de l’éducation au numérique à l’école est d’aller au-delà des représentations qui subsistent dans la culture scolaire :

  • d’un côté, les élèves estiment qu’ils bénéficient d’une meilleure connaissance des outils numériques parce qu’ils les utilisent depuis leur plus jeune âge, à la différence de leurs enseignants. Ils perçoivent l’école comme un lieu de contraintes, où l’on ne fait qu’écouter et où les smartphones, les jeux, les réseaux sociaux ne sont pas les bienvenus…
  • de l’autre côté, les enseignants se sentent dépassés par rapport aux pratiques numériques des élèves. Ils considèrent souvent qu’elles relèvent de leur vie privée et qu’à ce titre, ils n’ont pas à s’y immiscer.

A rebours des méthodes d’enseignement classiques, nous avons tenté une expérience partant des envies, des idées et des compétences informelles des élèves (jeux, sociabilité en ligne, etc…) pour construire, avec les enseignants, des projets d’éducation aux usages numériques.

Les objectifs éducatifs

L’éducation au numérique peut intervenir assez tard dans le parcours des adolescents surtout au sujet des réseaux sociaux. Compte tenu du fait que les enfants âgés de moins de 13 ans n’ont théoriquement pas le droit de s’inscrire sur des plateformes numériques hébergées hors de la France (Facebook, Snapchat, Youtube, Instagram, etc…), peu voire aucune sensibilisation est faite sur ces pratiques auprès des jeunes. Pourtant, à cet âge, ils ont presque déjà tous au moins un compte sur l’un de ces réseaux sociaux. Ils débutent donc la plupart du temps sur les réseaux sociaux ou sur les jeux en ligne sans accompagnement.

Nous avons choisi, pour cette expérimentation, des élèves en classe de 5ème, âgés d’environ 12-13 ans. Le choix d’impliquer ces élèves dans le projet eR!SK nous paraît particulièrement intéressant pour en apprendre davantage sur ce qu’ils savent et font sur internet, et pour aborder les questions d’usages numériques. Rappelons que l’éducation aux usages et à une culture numérique figure dans les connaissances et compétences à enseigner dans le socle commun depuis l’école élémentaire à la fin du collège. Il est notamment précisé dans le décret n° 2015-372 du 31-3-2015 – J.O. du 2-4-2015 :

« L’élève apprend à utiliser avec discernement les outils numériques de communication et d’information qu’il côtoie au quotidien, en respectant les règles sociales de leur usage et toutes leurs potentialités pour apprendre et travailler. Il accède à un usage sûr, légal et éthique pour produire, recevoir et diffuser de l’information. Il développe une culture numérique »

« L’élève utilise les espaces collaboratifs et apprend à communiquer notamment par le biais des réseaux sociaux dans le respect de soi et des autres. Il comprend la différence entre sphères publique et privée. Il sait ce qu’est une identité numérique et est attentif aux traces qu’il laisse. »

« Il sait que des langages informatiques sont utilisés pour programmer des outils numériques et réaliser des traitements automatiques de données. Il connaît les principes de base de l’algorithmique et de la conception des programmes informatiques. Il les met en œuvre pour créer des applications simples. »  

L’expérimentation a donc pour but de voir comment élèves et enseignants peuvent s’engager dans des démarches pédagogiques au croisement de la vie privée et sociale des élèves, mais aussi de celle des professeurs, et des apprentissages scolaires.

Les objectifs de la recherche

Trois objectifs guident la démarche de cette expérimentation pour le projet de recherche. Il s’agit :

      1. d’identifier les représentations que peuvent avoir les élèves au sujet de l’éducation au numérique à l’école ;
      1. de mieux connaître les pratiques numériques sociales et de loisirs des élèves ;
    1. de voir comment les enseignants peuvent convertir les propositions des élèves en projets éducatifs.

Il s’agit donc d’analyser la méthodologie de travail entre élèves et enseignants puis d’analyser la façon dont ces méthodologies permettent (1) de rompre avec les représentations initiales des participants et (2) de faire émerger des pistes pédagogiques permettant de dépasser la perception des risques liés aux usages numériques, pour contribuer à développer une culture numérique chez les élèves.

Il s’agira entre autres, de répondre aux questions suivantes :

    • Quelles représentations les élèves ont-ils de leurs propres pratiques numériques dans la sphère privée et de celles relevant de la sphère scolaire ?
      • Quel est leur rapport au numérique : quelles émotions les élèves expriment-ils par rapport au numérique ? percevoient-ils des enjeux ou des risques ? quels besoins expriment-ils ?
      • Quelle est la place et quel est le rôle du numérique à l’école pour les élèves ? Comment perçoivent-ils le rôle des enseignants par rapport au numérique ? Comment perçoivent-ils les représentations des adultes au sujet des usages numériques ?
    • Quelles sont les perceptions des enseignants sur les pratiques numériques des élèves et sur les apprentissages (formels et non formels) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.